Aujourd’hui un message très précis pour cette semaine. Si vous ressentez une appréhension avant de vous exprimer en public, cela peut venir de deux origines. Vous allez découvrir comment la prononciation peut devenir votre atout anti stress et anti fatigue vocale!
 
Le stress, inhérent à l’enjeu que vous y projetez. La crainte que votre voix ne tienne pas la durée et perde en qualité au fil des minutes.
 
Et si il existait une clé qui permette à la fois de solutionner facilement ces deux phénomènes?
 

Aussi, les éléments partagés dans cet article sont précieux  et utiles dans ces 2 cas de figure

1 pour gérer le stress
2 pour prévenir la fatigue vocale
 

Quand vous ressentez le stress, l’impression prédominante c’est le flou et le brouillard

Vous ne savez plus à quoi vous raccrocher et vous ne voyez qu’une partie de chaque situation :
Et de préférence 😉 la version négative et dramatique. C’est une mécanicité du mental.
Et là tout y passe: la peur du jugement, la peur du regard des autres, les mains sont moites…
C’est comme si vous n’aviez aucune prise pour monter un mur d’escalade
Alors qu’il y a des muscles qui vous attendent pour reprendre le contrôle de votre discours
 

Reprendre la main sur le stress : par une présence très vive dans les muscles des lèvres, donc par la prononciation attentive.

En sur-prononçant les consonnes et en formant avec rondeur les voyelles. En étant très présent-e au mouvement de vos lèvres.
Bref en sculptant les sons
 
En vous focalisant sur l’élocution vers l’avant (c’est le sens du mot prononcer en fait énoncer vers l’avant)
De cette façon, vous faites un shift de votre attention ⚠️
Du stress, votre attention va vers le son et sa qualité. Et ainsi vous pouvez trouver une prise.
 

Pour être prêt-e à le faire ayez toujours éveillé votre bouche avant de prendre la parole

En mâchant un chewing-gum réel ou imaginaire pour irriguer les cellules des lèvres, ou bien un vrai chewing-gum si vous préférez 😉
 
Quelques exercices virelangue peuvent aussi faire l’affaire.
Mais ce qui est le plus efficace reste de vous entrainer à faire sonner quelques phrases types de vos discours et prises de parole. Ainsi votre voix a une expérience récente, toute récente de vos mots et idées.
C’est à la fois une “vocalise” et une répétition générale avant le “live”.

Maintenant, le fait de prononcer avec attention de énergie est le meilleur moyen pour éviter la fatigue vocale

Ce soin porté au son permet d’être présent-e jusqu’au bout des syllabes et donc de donner un élan à votre voix.
On pourrait comparer ça aux champions de tennis.
Ils regardent l’endroit qu’ils ciblent pendant l’ensemble du geste. Si ils regardent ailleurs leur balle sort du terrain.
 
Ou encore une autre idée, on peut comparer le soin de la prononciation au pinceau du peintre : son regard va du début à la fin du coup de pinceau sur la toile
 

En sculptant les sons de vos prises de parole vous donnez une direction à votre souffle

Ce qui donne aux cordes vocales un air vif et sain et une direction.
C’est le mouvement qui change la donne et permet d’éviter ce sentiment d’avoir votre voix qui plafonne et qui ne sonne pas pleinement.
Accompagnez toujours vos phrases d’un sourire dans le regard. Ce sourire ouvre un espace de résonance à l’intérieur de votre visage, et le son peut voyager vers les résonateurs.
Le pharynx, la boite crânienne, et aussi la poitrine. Ces lieux n’attendent qu’une chose: participer à la magie du son de votre voix.

Ces deux atouts de la prononciation anti stress et anti fatigue vocale sont vos meilleurs actifs.

Pour avoir une confiance totale en vous même et aussi cette endurance qui sécurise vos interventions dans le temps.
 
Rentrez dans la magie de votre voix, votre carrière vous remerciera!
Votre coach pour la prise de parole,
Emmanuel