C’est ok de te tromper

C’est ok de te tromper

 

 

 

Dans cet article 3 choses :

 

1 – ce que notre société nous cache.

 

2 – le diplôme le plus précieux.

 

3 – un remède pour passer à l’action

 

L’échec est un diplôme :

 

Dans la francophonie c’est tabou de parler de ses échecs…

 

C’est mal vu d’en parler

 

Vient alors l’hypocrisie qui tendrait à faire croire que les réussites sont comme des autoroutes, larges et faciles.

 

Ou la jalousie, car le succès devient louche…

 

à force de rendre invisibles tous les éléments qui le composent (essais-erreurs, chutes, redémarrages)

 

Et je dis bien que c’est la francophonie qui est la reine de ce non dit concernant le succès et la réussite.

 

Le monde anglo-saxon est plus à l’aise avec la réalité, les hauts et les bas naturels du parcours de vie.

 

Mais en fait il suffit de regarder le monde du sport ou de l’art pour se rendre compte qu’il y a un point commun à toutes les réussites.

 

Je ne vais pas te servir les vérités entendues et sur entendues : motivation, ténacité…

 

Bien sûr que toutes les histoires de succès sont tissées de focus, motivation, vision, croyances en soi…

 

Mais ce que notre société nous cache c’est encore plus simple…

 

C’est ok de se tromper, l’échec est ok… c’est même ton diplôme le plus précieux.

 

Car toutes les histoires de réussites ont connu un chemin qui a au début, et parfois lontemps ressemblé à des successions d’échec.

 

Regarde le nombre d’échecs de Monsieur Edison avant de créer la lampe à incandescence !

 

Selon la légende, il a même était jusqu’à utiliser un poil de barbe de son assistant.

 

Et le nombre de fois que Jack Ma s’est vu refuser l’accès à des hauts postes de dirigeant avant qu’il ne crée le site Alibaba

 

Plus loin dans l’histoire (va sur google à l’occasion pour regarder) le chemin qu’a emprunté Abraham Lincoln avant d’accéder à la présidence des USA.

 

En sport, regarde le nombre de finales perdues par une athlète comme Serena Williams.

 

Et moi même j’ai échoué tellement de fois avant de réussir.

 

Mais ce dont le monde se souvient ce sont les succès.

 

Or toutes les réussites nécessitent de puiser dans ses erreurs, echecs, défaites les leçons et l’énergie pour créer ses succès suivants.

 

Ce secret d’être fier de tes echecs.

 

Et cela, tu ne l’apprends pas à l’école,

 

ni dans les concersations avec ta famille ou tes amis.

 

Pourquoi ?

 

Parce qu’on nous a privés de cette capacité de faire la paix avec les erreurs.

 

Et ce dès nos premiers apprentissages à l’école, dans les loisirs etc…

 

Le fruit de ce tabou à propos des échecs il vient te saboter à chaque fois où tu veux sortir de ta zone de confort,

 

à chaque fois où tu t’apprêtes à prendre la parole.

 

Si tu n’es pas ok avec le fait d’apprendre de tes erreurs :

 

Il y aura toujours en toi un saboteur, qui te glissera à l’oreille, “et si tu te plantes, que va t’il se passer?….” “es tu sûr que tu vas y arriver?”…

 

Le remède contre cette confusion :

 

il vient par le fait de prendre en main tes prises de parole

 

et de muscler 3 choses :

 

1 – Ton entrainement,

 

2 – Ta présence vocale

 

3 – ta détermination à impacter le monde.

 

Et en prenant chaque pas que tu fais pour construire ton rêve, ton avenir comme une victoire sur toi même.

 

Accepter l’échec, pour faire la paix avec cette peur maladive du jugement de l’autre.

 

Et accepter la réussite, la désirer pour qu’elle devienne un élément de ton avenir.

 

https://emmanueljublin.systeme.io/421b77f6

 

Pour que ton leadership s’entende et que ta parole inspire les autres (ceux que tu rencontres et que tu vas rencontrer).

 

A très vite

 

Ton coach en prise de parole

 

Emmanuel

Ps : pour recevoir 6 jours sur 7 ce type de contenus,

>>> c’est par ici https://votre-voix-au-service-de-votre-vie.com/mails-quotidiens/

 

 

 

 

 

What do you want to do ?

New mail

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    140
    Partages
  • 50
  •  
  •  
  • 90
  •   

Laisser un commentaire